Publié par Laisser un commentaire

Le contrôle adéquat des conditions de croissance des plantes augmente vos chances de succès (4ième partie)

La photomorphogénèse
La lumière est un élément majeur dans le développement morphologique et physiologique d’une plante. Si on utilise une source lumineuse qui génère une lumière déséquilibrée, par exemple trop forte
en couleur rouge et faible en couleur bleue, la plante s’étiolera : elle s’allongera de manière démesurée, aura peu de feuilles et sera de couleur pâle. Dans ce cas, c’est la couleur de la lumière qui a influencée l’apparence de la plante, donc la photomorphogénèse.

Le phototropisme
L’allongement des cellules d’un côté de la plante, habituellement du côté le moins éclairé, se nomme phototropisme. Cette réaction fait courber la plante vers la source lumineuse. Pour observer ce phénomène, placez n’importe quelle plante à une distance légèrement éloignée d’une source de lumière. Vous verrez alors, après quelques semaines, la plante pencher vers la source de lumière.

Héliotropisme
On nomme héliotropisme (de Helios, dieu du soleil et de la lumière dans la mythologie grecque) le mouvement que se donne une plante pour s’orienter soit face au soleil, soit dos au soleil. La plante réagit de
la sorte pour aller chercher le plus de lumière possible ou, a l’inverse, pour tenter de limiter son exposition afin de diminuer son dessèchement. Un bon exemple d’héliotropisme est visible chez le tournesol.

Photonastie
Lors d’un changement important de luminosité, certaines fleurs s’ouvrent ou se referment. Vous observerez ce phénomène chez la belle-de-nuit (Mirabilis jalapa) et l’oxalide (Oxalis spp.) avec le passage du jour à la nuit. Le mécanisme qui permet à la fleur de s’ouvrir ou de se refermer est localisé chez certaines cellules à la base des pétales, près de la corolle de la fleur. Un pétale de fleur est constitué de plusieurs couches de cellules. Lorsque les cellules de la couche inférieure du pétale se gorgent d’eau, elles grossissent et la fleur se referme. À l’inverse, lorsque les cellules supérieures des pétales prennent de l’expansion (avec de l’eau), la fleur s’ouvre. On appelle ce mouvement ≪ photonastie ≫.

Un processus très similaire appelé ≪ thermonastie ≫ s’applique aux variations de température. Ces deux processus agissent bien souvent en interrelation et il est donc difficile de les distinguer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.