Posted on Laisser un commentaire

Le contrôle adéquat des conditions de croissance des plantes augmente vos chances de succès (6ième partie – fin)

Équipements pour mesurer la lumière

Ce genre d’équipement peut être difficile à trouver. La compagnie LI-COR, entre autres, fabrique des instruments de grande qualité utilisés en recherche ou en industrie. Quelques modèles sont en vente
chez vos fournisseurs locaux de matériel de culture hydroponique ainsi que chez les différents fournisseurs de serres commerciales. Certaines jardineries peuvent aussi en commander pour vous. Soyez cependant prudent quant à la qualité et à la précision des différents modèles qui vous sont offerts.

Photomètre

L’utilisation d’un photomètre permet de mesurer en lux les radiations photosynthétiques actives (PAR), la lumière visible à l’oeil. Cependant, cette mesure est peu adaptée à la culture des plantes. C’est pourquoi on l’utilise surtout dans les lieux occupés par les humains, par exemple pour évaluer l’éclairage d’une pièce de travail.

Pyranomètre

Cet instrument sert à mesurer la radiation solaire totale en W/m2. Il n’est pas approprié pour des mesures d’éclairage artificiel ou de transmission lumineuse dans le couvert végétal. Il est surtout utile pour le contrôle du climat d’une serre à l’aide d’équipements telles les toiles ombrageantes, puisqu’il permet de mieux évaluer la charge totale de rayonnement qui frappe la serre.

Capteur quantique

Ce type de capteur permet d’obtenir des mesures plus précises de la lumière utile à la photosynthèse. Il effectue sa mesure dans le spectre du PAR (radiations photosynthétiques actives) et tient aussi compte de la surface éclairée ainsi que de l’unité de temps. Nous obtenons donc une mesure en μmol/s/m2 ou en W/m2 (avec une conversion appropriée). Cette mesure est très utile afin de déterminer les besoins en éclairage pour favoriser la photosynthèse. Les mesures peuvent être prises au-dessus ou dans le couvert végétal.
Le capteur quantique mesure le flux de photons de lumière nécessaire à la photosynthèse, communément appelé densité du flux photonique photosynthétique (DFPP). Si l’on décortique l’unité de mesure, on remarque qu’il s’agit du nombre de photons de lumière compris entre 400 et 700 nm (μmol) qui frappent une surface d’un mètre carré (m2) pendant une seconde. Lorsqu’on mesure le DFPP, on observe que la valeur change selon la hauteur de la lampe et l’angle de diffusion du réflecteur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.