Posted on Laisser un commentaire

Les services conseils en agronomie

Chers confrères, chères consœurs agronomes,

Cette année, trois candidats se présentent à la présidence de l’Ordre des agronomes. Alors vous avez le choix entre trois idéologies, trois façons de gérer et finalement trois personnalités différentes. Vous pouvez donc déterminer lequel représente le mieux ce que vous attendez d’un président de l’Ordre des Agronomes du Québec.

Je considère que la protection du public doit être la priorité des actions de l’Ordre puisque c’est sa mission. Il faut toutefois respecter et travailler en collaboration avec les divers intervenants du secteur agroalimentaire québécois et agir de manière à ne pas entraver l’épanouissement des entreprises qui sont bien souvent des employeurs et des acteurs importants de l’économie agricole québécoise. Mais il est essentiel de remplir notre mission de façon rigoureuse. Les agronomes eux ont un devoir à accomplir et un code de déontologie à respecter. L’ordre doit les appuyer et s’assurer qu’ils peuvent accomplir leur travail professionnellement.

La communication est un moyen à privilégier dans la majorité des situations, qu’elles soient conflictuelles ou non pour s’assurer que tous les intervenants ont la même information et qu’ils sont sur la même longueur d’onde. Bien souvent la pression d’un employeur sur son employé peut-être grande pour obtenir des résultats de ventes d’intrants à la ferme par exemple. C’est pourquoi je considère que l’Ordre doit toujours être présent et supporter ses membres dans leur travail et obligations. Je lance donc aussi la question : Y aurait-il lieu de séparer les services-conseils des services de ventes d’intrants? J’estime qu’il serait pertinent d’étudier la question très sérieusement et d’édicter des lignes directrices sur ce sujet ultérieurement.

Je vous invite à me contacter si vous avez des questions et à visiter mon blogue ou mon site Internet au www.horizonagrobiotech.com

En espérant pouvoir compter sur votre appui, veuillez agréer, chers confrères, chères consœurs, l’expression de mes salutations distinguées.

Une réflexion au sujet de « Les services conseils en agronomie »

  1. Monsieur Chrétien,

    Je crois que vous misez juste au sujet de votre vision de l’OAQ. Il s’agit d’un ordre professionnel et sa mission en est une de protection du publique. J’oeuvre dans le domaine de l’environnement en milieu agricole. Depuis quelques années, l’OAQ s’est beaucoup impliqué techniquement dans différents dossiers (amas au champ, enclos d’hivernage, PAEF, etc.). Je crois qu’il était important et même nécessaire que ce soit fait. Mais pour pouvoir vraiment accomplir, en toute neutralité sa mission de protection du publique, je suis d’avis que graduellement l’OAQ devrait se retirer de la technioque. Je pense que la roue est maintenant partie et que sur le plan technique des regroupements d’agronomes pourraient davantage assumer cette responsabilité ces responsabilités.

    Si ce virage ne s’amorce pas, comme l’OAQ est partie prenante de certaines positions techniques, elle peut difficilement montrer une totale neutralité si des problèmes liés à la protection du public surviennent un jour dans ces domaines.

    Je suis aussi membre de l’ordre des ingénieurs du Québec (OIQ). Son implication se limite à la protection du publique. À titre d’exemple, le Code du bâtiment n’est pas cautionné par l’OIQ. Si un problème survient et que c’est le code du bâtiment qui est en cause, l’OIQ peut facilement intervenir. Si l’OIQ avait cautionné le dit code ce serait autre chose.

    Je suis conscient que tout cela ne peut se faire du jour au lendemain. Mais je crois que l’OAQ est arrivé à une période où elle doit se le donner comme objectif et poser des gestes en conséquences.

  2. Suite à la tempête et inondation zinthia du 28.02.10 sur l’ouest, mon potager sur l’Ile de Ré a subi un inondation d’eau de mer.
    Que faut-il faire
    1°) pour mes fraisiers, framboisiers, groseilliers et artichaux
    2°) fèves, ail, oignons, échalottes (10cm de haut)
    3°) terre non ensemencée sachant que le terre a été amendée par une couche de 10cm d’algues, recouverte de fumier de cheval en automne, enfouie cette hiver prête à être semée. Donnez-moi une solution pour pouvoir jouir de mon potager. Quelles espèces planter ou semer. Merci d’avance

    1. Bonjour,

      Il est difficile de répondre à vos questions, car il me manque plusieurs informations. Il serait préférable que vous fassiez appel à un conseiller agricole (agronome) qui se rendra chez vous pour évaluer différents paramètres de votre potager tel le type de sol, le drainage, les impacts de l’inondation sur la conductivité électrique du sol (salinité), les risques d’inondations futurs, etc.

      Bon succès

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.