Publié par Laisser un commentaire

Le contrôle adéquat des conditions de croissance des plantes augmente vos chances de succès (3ième partie)

La photopériode
La photopériode se définit comme étant la durée du jour qui influence la croissance des plantes, plus particulièrement la floraison et par conséquent la mise à fruit. Nous retrouvons des plantes de jours courts, de jours neutres et de jours longs. Les plantes de jours courts fleurissent habituellement au printemps ou à l’automne, soit lorsque la durée du jour est inférieure à une durée du jour donnée (variable selon la plante) dans un cycle de 24 heures. Les plantes de jours longs ont besoin d’une durée du jour supérieure à une valeur donnée dans un cycle de 24 heures. Les plantes de jours neutres ne sont pas affectées par la durée du jour. En règle générale, une plante de jours courts nécessite moins de 12 heures de luminosité, alors qu’une plante de jours longs requiert plus de 12 heures de luminosité. De plus, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la photopériode des plantes n’est pas seulement mesurée selon la durée de la période éclairée, mais aussi selon la période d’obscurité. Il faut toutefois noter que chez certaines plantes il ne suffit pas de changer la durée du jour ou de la nuit pour influencer la floraison. Il faut aussi intervenir sur la température, l’humidité et certains autres facteurs. Le meilleur exemple est le poinsettia (Euphorbia pulcherrima) qui peut se comporter comme une plante de jours courts ou de jours longs selon la température.

La figure ci bas représente l’évolution de la durée du jour dans une année. Cette évolution est différente selon la région où l’on se situe dans le monde (elle varie en fonction de la latitude). Prenons par exemple la ville de Québec (Québec, Canada) : sa journée la plus courte est de 8 heures de luminosité (le 21 décembre) et sa plus longue est de 16 heures (le 21 juin). On remarque qu’il y a deux périodes qui correspondent aux jours courts et une période pour les jours longs. Cette dernière correspond aux jours les plus longs de l’année qui se situent aux alentours du 21 juin. Les jours courts correspondent plutôt à la période du printemps et de l’automne. Le x qui se trouve sur la figure représente l’heure limite qui sépare les jours courts des jours longs. Cette valeur est différente d’une plante à l’autre.

Savez-vous que l’on peut écourter la durée de la nuit d’une plante avec l’éclairage afin d’éviter la floraison ou, au contraire, la provoquer? Prenons l’exemple du poinsettia (une plante de jours courts) qui nécessite au moins 12 heures d’obscurité pour fleurir. Interrompre la durée d’obscurité du poinsettia empêche la coloration de ses bractées. Pour éviter la floraison, il suffit d’allumer une lampe quelques minutes. À l’inverse, si l’on interrompt la période d’obscurité de certaines plantes à jours longs, la floraison pourrait être favorisée. On comprendra donc qu’il est important de bien localiser sa serre afin de l’éloigner des lumières de rue ou d’autres formes d’éclairage extérieur qui pourraient nuire à la photopériode des végétaux.

Par ailleurs, la photopériode est aussi très importante pour la germination des semences. Les graines de certaines espèces nécessitent de la noirceur pour germer, alors que d’autres ont besoin de lumiere bien que certaines plantes soient moins sensibles à la photopériode, il ne faut toutefois pas tomber dans le piège de les éclairers 24 heures sur 24. Trop de lumière peut être aussi néfaste que pas assez. Le cycle de photopériode doit donc être basé sur un cycle de 24 heures et compter une période d’obscurité à déterminer selon la plante. Par exemple, les cultures de tomates, de laitues et de la plupart des fleurs annuelles nécessitent une photopériode de 16 heures (de clarté) pour obtenir un rendement optimal, alors que le concombre, le poivron et les roses coupés performeront mieux avec environ 20 heures de luminosité.

D’ailleurs, certaines plantes préfèrent une photopériode plus longue avec une intensité de lumière faible qu’une photopériode courte avec une intensité lumineuse élevée. De plus, les plantes de jours courts ont besoin d’une période minimale de lumière. Si cette période est trop courte, elles ne fleuriront pas.